Rechercher

Tenter l'impossible


Deux films attendus en 2022, Blonde et Elvis…. Deux acteurs : Ana de Armas et Austin Butler ont relevé le défi singulier d’incarner respectivement une icône de la pop culture : Marilyn Monroe et Elvis Presley. Ces films ne sont pas de simples biopics, ils ont évité l’écueil du catalogue d’images convenues que l’on trouve trop souvent dans ce genre. Deux œuvres audacieuses, aussi bien sur le plan formel que de celui du récit. Deux portraits intimes où les acteurs ont apporté à ces personnages leur part d’ombre et de lumière, leurs failles, leur complexité.



Une connexion intime


Quand Ana de Armas s’est vue pour la première fois entièrement habillée en Marilyn Monroe, elle a été saisie d’une vive émotion. « C’était tellement réel, une sensation très forte, parce qu’il est difficile pour moi de ne pas m’identifier à ce qui lui arrivait et à la femme dans l’histoire », a déclaré de Armas aux journalistes, lors de la première du film à Hollywood, au Chinese Theatre, où Marilyn passait ses week-ends à regarder des films lorsqu’elle était jeune. Pour sa transformation, trois heures ont été nécessaires, chaque matin, à enfiler un bonnet et à faire coller des prothèses sous ses perruques blond platine, sur mesure, afin de dissimuler sa racine des cheveux naturelle. Elle avait, en plus, les sourcils blanchis et rasés. Elle portait également des lentilles bleues pour couvrir ses yeux naturellement noisette et avait de faux cils stratégiquement placés pour modifier la forme de ses yeux afin qu’ils correspondent à ceux de Monroe. Chaque détail physique a été minutieusement vérifié. Même l’emplacement de son célèbre grain de beauté (faux), le plus souvent vu sur sa joue inférieure gauche, a été respecté. « De nombreuses recherches ont été nécessaires pour recréer les looks inspirés de Monroe, ce que livre Tina Roesler Kerwin, responsable du département maquillage, au magazine Variety. Elle et son équipe ont découvert que la star appliquait souvent de la vaseline sur son visage pour se maquiller, en particulier lors des séances photo. C’était son truc secret, parce qu’elle était réfléchissante et renvoyait de la lumière, ce qui lui donnait un éclat particulier. Pour Blonde, l’équipe de maquillage a utilisé un autre procédé plus contemporain et meilleur pour la peau d’Ana pendant la durée du tournage.


Ana de Armas a passé près d’un an à étudier la célèbre voix haletante de Marilyn. Elle a travaillé avec un coach en dialecte, fait des recherches approfondies pour créer un ton authentique. Une obsession de chaque jour : du plateau, jusque dans sa vie personnelle - y compris dans ses rêves. La présence de Marilyn était permanente. Pour le réalisateur Andrew Dominik, « Faire le lien avec Monroe était évident : Ana a un champ de force émotionnel autour d’elle. Ses sentiments peuvent simplement remplir une pièce. »


Avant le tournage, Dominik et son actrice ont visité la célèbre crypte Westwood Memorial Park, là où repose Marilyn, à Los Angeles. "Il y avait du rouge à lèvres partout dans la pierre et des fleurs fraîches » laissés par les fans, se souvient de Armas à propos la sépulture de Monroe. « Elle a ce petit banc devant, alors nous nous sommes assis là et nous l’avons touchée. C’était très intime et magnifique. » De Armas, qui appliquait chaque jour le parfum Chanel n° 5, le préféré de Monroe sur ses poignets, affirme qu’il était impossible de ne pas sentir la présence de la star, tout au long du tournage.




Deux ans avec Elvis


Austin Butller a travaillé avec des coachs en dialecte pour perfectionner le son de la voix d’Elvis Presley. Il a « chanté tous les jours » pour se préparer au rôle. Le réalisateur d’Elvis, Baz Luhrmann a révélé à Entertainment Weekly que Butler était si hyper-conscient de sa responsabilité qu’il s’est incarné en Elvis, devenant le chef d’orchestre et vivant la musique. Comme Elvis, il est devenu la musique », a ajouté Luhrmann. « C’est comme ça qu’il a créé. Il était la musique. »


Le dévouement de Butler à son personnage lui a valu plus tard d'être hospitalisé et de rester au repos complet après la fin du tournage. Austin Butler a mis un certain temps à perdre l’accent de Presley après avoir changé sa propre voix, lors des différentes périodes de la vie du King. « Quand vous vivez avec quelque chose pendant deux ans et que vous ne faites rien d’autre, cela devient une part intime de votre être, a-t-il déclaré. La difficulté était de se focaliser sur les détails du personnage, la démarche, les gestes, aller et venir entre des choses incroyablement techniques et ensuite ne jamais perdre l’humanité. d’Elvis, c’était mon objectif. »


Pour porter de tels rôles, Ana de Armas et Austin Butler sont parvenus à établir une connexion intime avec leurs illustres modèles. Tous deux ont trouvé une clé d’interprétation au fond d’eux même afin de rendre leurs personnages aussi vivants, vulnérables et humains que possible. C’est ce que l’on voit sur l’écran, au-delà d’une performance.



5 vues0 commentaire