Rechercher

5 clés pour improviser en tournage

Dernière mise à jour : il y a 3 jours




En tant qu'acteur, vous serez souvent amené à improviser. C'est une technique qu'il est bon de connaitre pour développer votre potentiel. Un musicien aguerri saura interpréter une œuvre sur partition et libérer sa créativité en freestyle (particulièrement dans le jazz). Face à la caméra, c'est le même principe ; l'objectif est d'être aussi à l'aise avec un scénario qu'en improvisant.

En atelier, j'utilise régulièrement l'improvisation avant de tourner une séquence. Tout d'abord, pour mieux cerner les personnages et les rendre authentiques. Pour démarrer, j'invite chaque acteur à se baser sur des faits réels et sa propre expérience. S'il parle d'un film, il l'aura vu .

A lui de trouver le bon équilibre pour amener de la sincérité au milieu d'une fiction. Parfois, il y a des moments troublants, on ne sait plus qui parle : le personnage ? Le comédien ? C'est à partir de là que le travail commence.


Dans un premier temps, je tourne la scène telle qu'elle est écrite et ensuite, la tentation de faire une prise improvisée s'impose. En demandant à chacun de livrer ses propres mots, nous créons une part d'inattendu qui amène quelque chose de nouveau ; une tension dramatique, de l'humour, un moment de vie qui n'existait pas dans l'écriture.



Sortir du contrôle


L'improvisation filmée n'a rien à voir avec le dispositif classique du tournage où tout est pensé à l'avance. La plupart du temps, le réalisateur cherche à maîtriser chaque prise de vue ; que ce soit par le cadrage, les mouvements de caméra et la direction d'acteur. Sur 90% des tournages traditionnels, vous devez respecter des contraintes techniques, vous placer sur des marques au sol, effectuer des actions précises, répéter pour obtenir exactement le plan que le réalisateur souhaite obtenir. L'improvisation permet d'échapper au contrôle de la mise en scène. Vous n'êtes plus être seulement un interprète, vous contribuez à l'écriture d'une scène, ou même d'un film entier, avec votre corps et vos propres dialogues.


Lors d'une séance de coaching en visio-conférence, je démarre également par une improvisation autour du personnage. Le plus souvent, il s'agit d'une interview où je demande à l'acteur de me livrer les moments les plus importants de la vie de son personnage : l'enfance, l'adolescence, les périodes heureuses et difficiles. C'est un travail passionnant et riche en surprises. Il arrive que l'improvisation soit bien plus intéressante que le texte en lui même. En tout cas, elle le nourrit, si bien qu'on ne l'aborde plus de la même façon, ensuite.


De grands réalisateurs ont recours à l'improvisation


De nombreux longs métrages ont acquis leurs lettres de noblesse grâce à l’improvisation. On peut citer John Cassavetes, Maurice Pialat, Abdelatif Kechiche qui ont su plonger leurs histoires au cœur de la vie. Il y a quelques années, j’ai découvert Un couple parfait, de Nobuhiro Suwa. Ce long-métrage, construit à partir d’improvisations, a changé ma vision du travail. C'est une méthode où les comédiens ont une part active dans la conception de l’histoire. A la fois interprètes et scénaristes, ils choisissent leurs prénoms, leurs professions, les liens qu'ils ont les uns avec les autres. Le contenu des séquences s’élabore tout au long du tournage, car Suwa pense que "le réalisateur ne doit pas décider de tout." Chacun amène sa contribution artistique au film. Concernant la caractérisation, ce n’est même plus un rapport au personnage mais à la «personne». De ce fait, l’acteur s’impliquera plus que dans un rôle ordinaire.


Quelle est sa méthode ? Au tournage, une première prise improvisée lance les bases de la scène. En la refaisant, presque à l’identique - à chaque fois plus courte - quatre ou cinq fois de suite. Les actions et les répliques se fixent d’elles-mêmes. Les comédiens doivent s'adapter les uns un aux autres, trouver le bon rythme. Naturellement, le réalisateur ne se lance pas dans l'inconnu, il sait au départ ce qu'il veut obtenir. Simplement, il ne dirige pas de façon classique : il travaille par induction.


Mike Leigh est connu pour répéter pendant plusieurs mois avec ses acteurs. un scénario se crée en équipe avant le tournage. Il y a donc un texte mais qui est le fruit d'un long processus d'improvisation. Secrets et mensonges a été tourné de cette façon, il a obtenu la Palme d’Or, à Cannes en 1996.



Un investissement personnel plus fort


Dans la plupart des films tournés en improvisation, il n'y a pas de scénario au sens classique du terme mais une trame de quelques pages. A ce stade, votre travail commence. vous amenez vos idées et vos expériences. Ensuite, chaque scène répondra aux exigences de la dramaturgie. Il y aura toujours un incident déclencheur, des rebondissements, un basculement pour arriver au climax. Avec de la pratique, vous parviendrez à créer des scènes parfaitement structurées. Pour cela, il est nécessaire de se reposer sur des dialogues utiles, avoir une rigueur de scénariste à chaque étape. Le réalisateur peut vous communiquer des dialogues qu’il a envie d’entendre avant la prise. Des répliques précises se mêleront aux vôtres, en travaillant de cette façon.


Des films en prise avec le réel


Si vous avez pour projet de tourner un court-métrage, vous pouvez utiliser cette méthode sur certaines scènes importantes. En proposant à vos acteur de s'exprimer avec leurs propres mots, vous aurez plus de chances d'obtenir des séquences sur le vif, qui sonnent justes. Vous aurez alors une autre approche du découpage, ce sera aussi l'occasion de tourner davantage en plans-séquence d'aller vers des moments de cinéma intenses.


L’exemple de Gaspard Noë est parfaitement révélateur de la puissance de l'improvisation à l'écran. A partir d'Irréversible, il s'est libéré des contraintes du scénario et laisse ses comédiens s'exprimer librement à partir d'une situation donnée. La séquence du métro, réunissant Vincent Cassel, Monica Bellucci et Albert Dupontel illustre ce que peut apporter une improvisation réussie. Tous les trois partagent un moment de bonheur et d'amitié qui plonge le spectateur dans une intimité troublante. Cette proximité amènera encore plus de force au moment du drame.



Improviser sur un tournage classique


Il y a le cas de figure, sur un tournage traditionnel, où il faut booster certaines séquences. Cela peut provenir de dialogues qui ne fonctionnent pas, d'une situation figée, ou alors du désir du réalisateur qui aura besoin de casser les codes de son propres cinéma. Dans ce cadre là, il s'agira d'injecter de courts moments improvisés : échange de répliques sur le vif, repas à table, conflit où les répliques se chevauchent... C'est donc avec précision et sensibilité qui vous improviserez, par touches légères.

Quelques pièges à éviter :


Il y a des erreurs à contourner pour obtenir un bon résultat. Voici les plus fréquentes :


- Etre trop anecdotiques : nous avons évoqué les "dialogues utiles", un peu plus haut. Cela veut dire avoir le sens du timing et délivrer les bonnes informations. Il faut aller à l'essentiel dès que la caméra tourne.


- Partir en mode tunnel : emporté par la situation, l'acteur se met à trop parler et finit par monologuer.


- Avoir peur du silence : le cinéma ne se limite pas à un flot continu de dialogues. C'est important de laisser de la place aux actions : bouger, aller à une fenêtre, échanger des regards. N'oubliez jamais de laisser au spectateur un espace de respiration et d'imaginaire.


- Ne pas savoir conclure : cela arrive souvent à la fin d’une scène ; par peur du silence. l'acteur relance la discussion. Cela qui donne des fins à répétition, alors qu'il faut arriver à un point culminant de façon claire.




5 clés pour progresser en improvisation


1 - Regardez des films


C'est la base. Joignez l'agréable à l'utile en visionnant quelques uns de ces films improvisés et observez à la loupe de quelle façon les acteurs trouvent autant de liberté. Vous y verrez des scènes bouleversantes où l'on passe du rire à la colère, de la tendresse à la nostalgie. Les émotions circulent comme un tourbillon, elles nous renvoient de purs moments d'absurdité, de rage hors contrôle, ou d'amour. La sensation trouble de voir sur l'écran un miroir de nos vies.


2 - Explorez votre personnage


Quand vous découvrirez la trame, pensez à ce que votre personnage pourrait faire à chaque seconde. Comment va--t-il se déplacer dans le décor ou interagir avec ses partenaires? C'est le moment d'être inventif. Notez tout ce qui vous passera par la tête. Dans le cinéma-là, vous êtes aussi scénariste.


3 - Multipliez les propositions


Etre un bon improvisateur vous donnera des réflexes utiles sur un tournage traditionnel. Vous saurez plus facilement amener des propositions solides : dialogues percutants, fous rires, comme dans la réalité. Vous saurez vous adapter à tous types de films.


4 - Développez l'écoute active


Comme vous n'avez aucune idée de ce qui va se dire ou se passer avec vos partenaires pendant la prise, l'écoute active est primordiale. Vous devez réagir en conséquence. C’est là que certaines de vos recherches et analyse du personnage peuvent entrer en jeu. Au préalable, discutez des limites avec le réalisateur et les autres acteurs, particulièrement pour une séquence délicate Tout le monde doit se sentir en sécurité pendant l'improvisation, particulièrement lors d'un échange conflictuel. Une fois que tout est calé, il y a le plaisir d'avancer en territoire inconnu et d'être au cœur d'une séquence forte.


5 - Utilisez au mieux le cadre


Avant de tourner, vous avez besoin de savoir savoir ce qu’il y a dans le cadre, où se trouvent les zones bien éclairées, là où il faut éviter d'aller et à quelle distance vous pouvez vous approcher de la caméra. Vous pourrez faire part au réalisateur de vos idées de déplacements, dans le cadre, le hors champ, etc. En visualisant l'espace à l'avance, vous tirerez profit de toutes les idées qui vous viennent pendant la prise.


Si vous avez la chance de participer à une aventure de tournage improvisé, vous pourrez dépasser vos propres limites. Ce qui fait la force d'une scène, c'est souvent l'effet de surprise. Là, vous le vivrez pleinement. Prendre des risques, surprendre le réalisateur - premier spectateur du film -, dans ce cinéma c'est ce qu'il attend de vous.



Découvrez l'improvisation au cinéma.






10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout