Rechercher

"Blonde", un cauchemar hollywoodien




Le biopic consacré à Marilyn Monroe est arrivé sur Netflix. Avec Ana de Armas dans le rôle de Marilyn, le film est devenu l’un des évènements ciné les plus attendus de 2022. Dirigé par Andrew Dominik, précédemment connu pour avoir réalisé le western : The Assassination of Jesse James par le lâche Robert Ford (2007), ou encore Killing them softly (2012), Dominik est également crédité en tant que scénariste de Blonde. Il a commencé à développer le projet, il y a plus de dix ans, en 2010.


Basé sur le roman éponyme de Joyce Carol Oates (2000), Blonde a connu un long processus de développement avant que la production ne commence en 2019. D’autres actrices étaient pressenties pour rôle de Marilyn, dont Naomi Watts et Jessica Chastain avant qu’Ana de Armas ne soit distribuée. Le tournage de Blonde a été impacté par la pandémie de COVID-19, en 2020, si bien qu’il s’est terminé en juillet 2021. Peu de détails disponibles concernant l’intrigue, mais dans des interviews précédentes, Andrew Dominik a déclaré que le film comportait « très peu de dialogues ». Dominik a également révélé (via ScreenDaily) qu’il voulait raconter l’histoire de Marilyn « en tant que personnage central d’un conte de fées. »

Le film est sur la plateforme de streaming depuis le 23 septembre 2022. Il a été présenté lors de la Mostra de Venise, qui s’est déroulée entre le 31 août et le 10 septembre dernier, peu avant son lancement sur Netflix.



Quels sont les partenaires d’Ana De Armas ?


Dans la distribution de Blonde, Adrien Brody, interprète le dramaturge et scénariste Arthur Miller, le troisième et dernier mari de Marilyn Monroe. Bobby Cannavale est Joe DiMaggio, célèbre joueur de centre des Yankees et deuxième mari de Marilyn. D’autres membres notables de la distribution sont Julianne Nicholson dans le rôle de Gladys Pearl Baker, la mère de Monroe, et Caspar Phillipson dans le rôle de John F. Kennedy, jouant le rôle du président pour la deuxième fois dans un long métrage depuis Jackie, le biopic de Pablo Larrain sur Jackie Kennedy (2016).



Le film est-il basé sur la vraie vie de Marilyn ?


Bien que Blonde soit adapté d’un roman, Joyce Carol Oates a fait des années de recherche sur Marilyn Monroe afin de pouvoir raconter l’histoire la plus détaillée possible. La bande-annonce fait allusion à des moments-clé de la carrière de Monroe – elle la montre dans la robe blanche emblématique de Sept ans de réflexion, et l’on voit également un extrait de Les hommes préfèrent les blondes. Certaines scènes du film sont tirées de la vie réelle de Marilyn Monroe. Joyce Carol Oates a trouvé le film, « étonnamment féministe », éblouie également par l’interprétation de Ana de Armas.


Blonde est le premier film original Netflix à obtenir une classification 18+ pour le réalisme de certaines scènes, dont l’une d’entre elle montrant Marilyn violée. Il propose une vision horrifique de la vie de Marilyn dans un récit qui explore son personnage public et privé. Le film présente Norma Jeane comme une fillette de 7 ans qui survit à un événement traumatisant. Considérée comme orpheline lorsque sa mère malade mentale est hospitalisée, elle ne possède de son père absent, qu’une seule photo.


Le film passe rapidement à Norma Jeane adulte se lançant dans une carrière d’actrice, adoptant le personnage de Marilyn et devant se soumettre sexuellement à un joueur important de Tinseltown. Alors que Marilyn devient une star, Norma Jeane est sous l’emprise la drogue et souffre d’une vie amoureuse tumultueuse. Les relations de Norma Jeane avec les hommes sont au cœur du récit: il y a ses maris bien connus, bien sûr –Joe DiMaggio suivi de l’écrivain Arthur Miller, et bien d’autres, pour le meilleur et pour le pire. Dans l’attente perpétuelle de rencontrer son vrai père, c’est une femme encombrée par des problèmes psychologiques lourds qui appelle ses amants « papa ». Ana De Armas amène au personnage sa légèreté et ses phases de dépression, lors de séquences hallucinatoires qui entrainent le spectateur dans le spectacle d’une existence douloureuse. Le rêve américain prend ici un gout amer et Dominik nous livre un biopic sans concessions.






52 vues0 commentaire