top of page
Rechercher

Se lancer dans le cinéma indépendant



Le cinéma indépendant, loin des paillettes et des blockbusters à gros budget, offre une liberté de création unique. Si vous rêvez de vous lancer dans cette aventure, n’hésitez pas à plonger dans l’aventure d’un film à faible coût, à condition de vous y préparer soigneusement.


Développez vos compétences et votre vision


Avant tout, il est essentiel d'acquérir des connaissances solides dans le domaine du cinéma. Renseignez-vous sur les techniques de réalisation, de production, de montage et d'écriture scénaristique. De nombreuses formations en ligne sont disponibles, ainsi que des ateliers dispensés par des professionnels.


Parallèlement, travaillez à développer votre propre vision artistique. Quels types d'histoires vous touchent ? Quels sujets vous tiennent à cœur ? Définir votre style et votre identité vous permettra de vous démarquer et de créer des films personnels. Dès le début, j’ai eu envie d’un style proche du documentaire, tourner pour très peu de moyens. Cela vient sans aucun doute de l’influence de cinéaste comme John Cassavetes et du choc éprouvé en découvrant Shadows (1959), dans les années 90. Jusqu’alors, j’ignorais que l’on pouvait tourner avec une telle liberté. Ce film aura influencé des générations de réalisateurs et aujourd’hui encore, je le revois une ou deux fois par an, comme une piqûre de rappel, afin de ne pas oublier ce cinéma semblable à une improvisation de jazz. J'y retrouve quelque chose de joyeux et festif dans sa façon d’explorer la complexité des personnages. Rares sont les réalisateurs qui sont allés aussi loin dans la révélation de l'intime, de nos névroses, de nos contradictions.


Mon livre de référence reste Cassavetes par Cassavetes, : je le recommande à tous qui ont envie de tourner un film, acteurs ou réalisateurs.




Trailer Shadows


Vous pouvez avoir envie d'explorer le thriller, la comédie, d'aborder des sujets qui vous concernent à travers différents personnages. Dans un film, on ne parle que de ce que l'on connaît le mieux. Quel que soit le genre qui vous intéresse, il est souhaitable d'être connecté au cinéma, d'analyser à la loupe les grandes œuvres de ceux qui nous ont précédés. C’est en ayant une connaissance de ces films que l'on peut trouver une porte d'accès pour y ajouter sa touche personnelle.


Avant chaque tournage, Steven Spielberg visionne Les Sept Samouraïs d'Akira Kurosawa. Ce n'est pas un hasard si son cinéma possède ce souffle épique : dès la première séquence, on est emportés sur un territoire qui reflète l'amour des grands films.







Écrivez un scénario solide


Le scénario est le pilier de tout film. Le point de départ est une idée forte, un concept original qui vous passionne et vous donne envie de le porter à l'écran. Prenez le temps de réfléchir à ce qui vous touche, aux histoires que vous avez envie de raconter, aux messages que vous souhaitez transmettre. Pour cela, il est essentiel de créer des personnages attachants. Ils sont le cœur de votre film. Ils doivent être crédibles et évoluer au fil de l'histoire. Soignez leur construction en définissant leurs motivations, leurs objectifs, leurs forces et leurs faiblesses. Donnez-leur une voix singulière.


Depuis plusieurs années, j'ai développé certaines manières de créer des personnages. Je ne me contente plus de rédiger des dialogues sur un ordinateur. À partir du moment où je me lance dans un projet, j'ai besoin de trouver l'acteur avec qui m'entendre. Le personnage grandira au fil de notre collaboration et c'est ainsi que nous travaillons, dans une salle de répétition ou en visio-conférence. Nous partageons nos expériences de vie, il y a un long travail d'improvisation où les meilleurs moments seront récupérés, réécrits ou laissés tels quels. Cette immersion de la vie, au cœur de l'écriture, est devenue indispensable.


Sur cineacting.com, grâce au module Ciné +  je propose ce travail à ceux qui veulent aborder l’improvisation ou écrire un monologue de bande-démo. C'est stimulant d'écrire de cette façon, on n’a pas l'impression d’affronter la page blanche. Il y a un rapport à la caméra, en parallèle de la phase d'écriture.


Naturellement, vous vous appuierez sur une intrigue solide ; elle doit maintenir l'intérêt du spectateur du début à la fin. Créez des rebondissements, des moments de tension et de suspense qui rythmeront le récit et vous permettront d’atteindre un point culminant qui soit fort et qui surprenne.


La plupart des scénarios de long métrage suivent une structure en trois actes :


Acte 1 : Exposition du contexte, présentation des personnages et de l'enjeu principal.


Acte 2 : Développement de l'intrigue, confrontation des personnages à des obstacles et des épreuves.


Acte 3 : Résolution de l'intrigue, dénouement et conclusion de l'histoire.


Sur ce sujet, vous trouverez une littérature abondante dans les livres consacrés au scénario, comme Story, de Robert McKee ou de L’Anatomie du scénario de John Truby et ses 22 étapes, en opposition à la structure en 3 actes. Je n'entrerai pas dans les détails de ce vieux débat. Pour ma part, j'ai toujours pensé qu'il fallait se créer sa propre boîte à outils, donc je prends ce qui m'intéresse dans une méthode comme dans l'autre.


Une fois que vous savez construire une histoire, utiliser ces techniques au service d'un récit sensible. Si vous souhaitez écrire un film de genre, mettez-y de votre personnalité. Les meilleurs polars refléteront toujours l'univers d'un auteur. Appliquer des recettes standards donnera toujours des films sans âme comme on en voit tant. Une fois encore, je repense à John Cassavetes pour des films noirs aussi originaux que Gloria, ou Meurtre d'un bookmaker chinois.


L'écriture passe toujours par la réécriture : restez humbles et retravaillez votre scénario autant que nécessaire. S’il faut passer par dix ou quinze versions, cela n'a aucune importance. Ce qui compte, c'est d'avoir un bon script à l'arrivée. N’hésitez pas à le montrer à des lecteurs pointus ou des professionnels.


Soyez ouvert aux remarques et prêt à reprendre des parties faibles, ou couper des dialogues inutiles ou trop explicatifs - c'est souvent ce qui pêche dans de nombreux scénarios. Une fois encore, inspirez-vous de textes existants. On trouve de nombreux scripts tournés dans la scénariothèque des Lecteurs Anonymes, c'est une bonne façon de trouver de l’inspiration.


Cineacting.com offre également un accompagnement personnalisé avec le programme Scénario + : l'occasion de travailler avec un regard extérieur et développer les différentes phases de votre histoire.



Financez votre projet


Réaliser un film avec un budget minimaliste peut sembler un défi insurmontable, mais avec de l'ingéniosité et de la persévérance, cela devient possible. Avant tout, établissez un devis précis et réaliste qui tienne compte de l'ensemble des dépenses nécessaires à la réalisation de votre film :


  • Matériel : caméra, son, lumières, accessoires, etc.

  • Lieux de tournage : décors, locations, autorisations, etc.

  • Équipe : acteurs, techniciens, catering, etc.

  • Post-production : montage, effets spéciaux, mixage audio, etc.


De nombreux organismes proposent des subventions et aides financières pour les films à micro budget. Renseignez-vous sur les conditions d'éligibilité et préparez un dossier solide pour maximiser vos chances de succès.


  • CNC - Centre national du cinéma et de l'image animée : https://www.cnc.fr/

  • Région : aides régionales spécifiques au cinéma

  • Procirep - Société civile pour l'administration des droits des producteurs de films cinématographiques : https://www.procirep.fr/

Le financement participatif est encore un moyen de collecter des fonds auprès d'un large public. Soignez votre campagne de communication sur des plateformes comme Ulule ou KissKissBankBank pour séduire les contributeurs et atteindre votre objectif.


Des sociétés de production, des mécènes ou des investisseurs individuels peuvent être intéressés par votre projet. Préparez un business plan clair et précis pour les convaincre de vous soutenir. Idem pour des entreprises locales, elles peuvent être intéressées à sponsoriser votre film en échange d'une visibilité dans le générique ou sur les supports de communication.


Pour démarrer sur de bonnes bases, il est nécessaire de travailler sur un film dont le budget sera aussi réduit que possible dès l’écriture. Ces contraintes vous permettront de bénéficier d’une vraie liberté en faisant preuve d’ingéniosité pour trouver des solutions originales et économiques. N'ayez pas peur de sortir des sentiers battus.


Choisir un scénario simple et minimaliste : limiter le nombre de personnages, de lieux et de décors.


  • Tourner en décors naturels : privilégier des lieux gratuits ou peu onéreux.

  • Utiliser du matériel léger : caméra numérique, smartphone, etc.

  • Faire appel à des bénévoles : amis, famille, étudiants en cinéma, etc.

  • Réaliser le montage et la post-production soi-même : logiciels gratuits et tutoriels en ligne.

Quelques exemples célèbres :


  • "The Blair Witch Project" (1999): Un film d'horreur américain réalisé par Daniel Myrick et Eduardo Sánchez pour 60 000 $.

  • "Following" (1998): Un thriller britannique réalisé par Christopher Nolan pour 6 000 $.

  • "Tangerine" (2015): Un film américain réalisé par Sean Baker pour 90 000 $.

  • "Eraserhead" (1977): Un film d'horreur américain réalisé par David Lynch pour 20 000 $.

  • "Clerks" (1994): Une comédie américaine réalisée par Kevin Smith pour 27 575 $.

  • "El Mariachi" (1992): Un film d'action mexicain réalisé par Robert Rodriguez pour 7 000 $.

  • "Pi" (1998): Un film thriller psychologique américain réalisé par Darren Aronofsky pour 60 000 $.

  • "Sexe, Mensonges et Vidéo" (1989): Un film dramatique américain réalisé par Steven Soderbergh pour 1,2 million $.

  • "Rengaine" (2012): Un film français réalisé par Rachid Djaïdani pour 3 500 €.

  • "Le Filmeur" (2005): Un film français réalisé par Alain Cavalier pour 8 000 €.

  • "Tarnation" (2004): Un film documentaire américain réalisé par Jonathan Caouette pour 2 000 $.

  • "Donoma" (2011). Un film français réalisé par Djinn Carrénard pour 150 €.


Le succès de votre film dépendra de la qualité de votre équipe. Entourez-vous de professionnels compétents dans chaque domaine : réalisateur, chef opérateur, ingénieur du son, monteur, acteurs. Pour que cela fonctionne, je l’ai testé à plusieurs reprises, votre scénario doit les intéresser, par son sujet, sa qualité d’écriture, son potentiel de devenir un film puissant original. Votre personnalité comptera également : il est essentiel d’affirmer vos choix artistiques, votre exigence, tout en restant proche de chacun, à l’écoute de leurs avis. Un film est avant tout une affaire de partage, de rencontres humaines. Pour que l’on vous suive, il faut que l’aventure en vaille la peine.



Ressources utiles:



Une fois votre film réalisé, il faut le faire connaître et le diffuser auprès du public. De nombreux festivals de cinéma indépendant sont des plateformes formidables pour présenter votre travail et rencontrer des professionnels. Vous pouvez également envisager une distribution en ligne, via des plateformes VOD ou des réseaux sociaux.

41 vues0 commentaire
bottom of page